| Mobilité durable

Développer les modes “doux”, la multimodalité et l’intermodalité

Pour permettre l’essor des mobilités alternatives sur son territoire, la collectivité peut mettre en place plusieurs actions concrètes. Que ce soit par les modes « doux » ou « actifs », la multimodalité ou encore l’intermodalité, de nombreuses alternatives à la voiture existent en faveur de la santé de la population et de son environnement.

Qu’est-ce qu’un mode “doux” ?
Les modes dits “doux” englobent tout type de mobilité qui participe à la réduction des consommations d’énergie et des émissions de Gaz à effet de serre (GES). Cela passe par le vélo, la trottinette, les rollers ou encore la marche à pied. Ces modes de déplacement représentent des alternatives durables à la voiture individuelle qui, particulièrement en ville, menace la qualité du cadre de vie et de la santé de la population.

Lorsqu’on parle de modes “doux” on parle également de modes “actifs” car ils permettent à chaque individu d’utiliser sa propre énergie pour se déplacer.

Ces modes de déplacement génèrent des bénéfices pour la santé physique et mentale des individus ainsi que celle de l’environnement.

Pour développer ces modes alternatifs la collectivité peut développer divers dispositifs pour inciter chaque personne à passer le pas. En effet, les réticences se basent souvent sur des questions de sécurité. Il est donc nécessaire de sécuriser les itinéraires - trottoirs, passages piétons, feux, pistes cyclables, etc. - pour donner confiance aux usagers. De plus, il s’agit d’informer la population sur les risques réels liés à ce type de déplacements. Il est aussi utile de mettre à disposition de la population, les itinéraires existants, pour que chacun choisissent les plus adaptés à leur mobilité - applications mobiles, cartes papiers, etc.

Grâce à ces partages, chacun sera plus à même d’exprimer ses attentes et besoins concernant l’aménagement de l’espace urbain et contribuer au développement des modes “doux”.

Les entreprises ont également l’occasion de développer l’usage des modes “doux”, en particulier le vélo, à travers l’Indemnité kilométrique vélo (IK vélo). Cette indemnité volontaire prend en charge tout ou partie des frais engagés par le salarié pour ses déplacements (domicile-travail) à vélo ou à vélo à assistance électrique. Elle est cumulable avec l’indemnité des frais de transports en commun, dans un contexte d’intermodalité - utilisation du vélo pour se rendre à un arrêt de bus, de tram de métro, à une station de vélo, etc.

Que signifient les concepts de multimodalité et d’intermodalité ?

Le concept de multimodalité signifie : mettre à disposition de la population différents types de mobilité pour réaliser un trajet.
Le concept d’intermodalité signifie : permettre à la population de combiner plusieurs types de mobilité pour réaliser un même trajet.
Pour que ces concepts deviennent réalité sur un territoire, la collectivité peut mettre en place des actions concrètes telles que :
• l’aménagement de l’espace urbain - bancs, stationnements, pôles d’échanges multimodaux, etc. ;
• la création de campagnes de communication ou d’applications permettant d’informer et de guider la population dans ses déplacements ;
• la mise en place de forfaits groupés donnant accès, avec une même carte, à plusieurs types de transports - bus, métro, vélo, bus, tram, véhicules en auto-partage, etc. ;
• l’organisation de journées ludiques, dédiées à l’éco mobilité, pour informer sur les comportements exemplaires à adopter ;
• la mise en place de « bons » à gagner pour motiver la population.