Temps de lecture estimé : 3 mn

Le projet du SCoT de la vallée de l’Ariège était de mettre en œuvre un plan global de déplacements, pendant du Plan Climat Air Énergie, qui, dans la logique de la transition énergétique et environnementale, visait à réduire le recours à la voiture individuelle et donc à baisser les consommations énergétiques, notamment en matière de mobilité.

Interview de M. Thomas Fromentin, Président de l’agglomération Foix-Varilhes

 

https://vimeo.com/737856553

 

Transcription

En quoi consiste le Plan Global de Déplacements mis en place sur votre territoire ?

TF : Le projet, c’est le plan global de déplacements. On peut appeler ça un plan mobilité qui a été mis en œuvre par le SCoT de la vallée de l’Ariège, et qui était en fait le pendant du Plan Climat Air Énergie qui, dans la logique de la transition énergétique et environnementale, visait à réduire le recours à la voiture individuelle et donc à baisser les consommations énergétiques, notamment en matière de mobilité. Une des déclinaisons quelque part, c’est le pôle d’échange multimodal de la gare de Foix sur lequel nous sommes. Mais nous avons fait d’autres réalisations.
On a la partie vélo qui s’est traduite par la mise en œuvre d’un plan vélo avec le fait que les communes, progressivement, réalisent des itinéraires cyclables cohérents et qui correspondent aux mobilités du quotidien. C’est également le fait de mettre en place un nouveau réseau de transports. En tous les cas, ce sera le cas sur le périmètre de l’agglo Foix-Varilhes à partir du 27 août. L’idée étant qu’on recoure beaucoup plus aux transports collectifs et moins à la voiture individuelle.

Dans les mois à venir, il y a un aménagement qui sera construit entre la gare et le centre-ville, en pistes cyclables, mais également pour les piétons, avec une logique de végétalisation, la remontée par la rue Delcassé. Bref, c’est la place aux mobilités douces et quelque part, à ce que tout un chacun puisse se déplacer le mieux possible dans cette ville et sur ce territoire de la vallée de l’Ariège.

Quel est le bilan aujourd’hui ?

TF : Alors les premiers résultats connus, quelque part vous venez de les voir. C’est le fait que devant la gare désormais, on peut circuler en vélo alors que ça n’était pas le cas. C’est le fait d’accompagner également les habitants vers ces changements d’usage. C’est l’émergence d’un nouveau réseau de transport à partir du 27 août sur l’agglomération. On a par exemple un centre hospitalier qui a été construit à Saint-Jean de Verges entre Foix et Pamiers. À ce jour, il est desservi par quatre allers retours dans la journée, ce qui pose, vous vous en doutez bien, des problématiques pour les patients mais également pour les personnels de santé. À partir du 27 août, ce sera 24 allers retours. Ce sont des effets tout à fait tangibles des évolutions en matière de mobilité sur notre territoire. Ce n’est qu’un début. Nous avons encore évidemment beaucoup de travail sur ce domaine.

Quelles sont les clés de réussite ?

TF : Je dirais presque comme sur tous les projets, c’est le fait de mettre tout le monde autour de la table, tous ceux qui ont la charge de ces sujets et d’arriver à trouver les consensus et les meilleurs compromis possibles. Ce n’est pas toujours évident. Disons les choses clairement. Il y a aussi des manières de faire, notamment en matière routière, qui sont très ancrées. L’enjeu, c’est quand même de construire un nouveau modèle de développement et pour construire un nouveau modèle de développement, parfois il faut un peu bousculer.

Mais finalement, lorsqu’on voit que c’est pratiqué, que les pistes cyclables sont utilisées, que les gens rentrent dans les réseaux de transports, c’est sans doute ça vraiment la réussite par l’exemple, je dirais. Le fait que ça fonctionne.

Interview réalisée in situ le 29 juin 2022