Temps de lecture estimé : 5 mn

En terme de mobilité, limiter les besoins en mobilité constitue un levier qui aide à réduire les déplacements. On distingue deux types de mobilité :
• une mobilité contrainte : l’ensemble des déplacements imposés par une activité professionnelle, et/ou d’approvisionnement qui s’effectuent sur des plages horaires définies et limitées.*
• Une mobilité non contrainte : l’ensemble des déplacements liés au temps libre.
L’objectif pour les collectivités est de mettre en adéquation les offres de transport entre les zones d’activités économiques qui induisent des déplacements contraints avec les zones d’habitations. Pour cela, les collectivités peuvent mobiliser leurs compétences en matière de planification et d’aménagement de leur territoire pour mettre leurs politiques d’urbanisme, de transports et de développement économique en cohérence.

 

Développer des tiers lieux : proposer une nouvelle organisation du travail pour réduire les déplacements contraints.

Depuis quelques années, les territoires connaissent le développement de tiers lieux et autres espaces de coworking. De quoi parle-t-on ? Petit glossaire :

Tiers-lieu
Terme générique utilisé pour désigner différents types d’espaces partagés à mi-chemin entre le foyer et le bureau en entreprise. Le tiers-lieux permet au grand public de concevoir et de réaliser des projets, de découvrir des innovations, de s’informer sur le monde du numérique, que ce soit dans le cadre d’une activité professionnelle ou d’un loisir, une passion.

Coworking
Le coworking ou « co-travail » est l’une des figures les plus connues de tiers lieux. Espace de travail qui propose des bureaux partagés ou individuels, des salles de réunion, un équipement informatique, des espaces de convivialité et de détente et un programme d’animations régulières. Différentes formules de location sont en général possibles.

 

JPEG - 180.3 ko
Espace de coworking Harrycow à Toulouse
Harrycow

 

FabLab
« Laboratoire de fabrication » ouvert à tous, favorisant la démocratisation des technologies – numériques, électroniques, imprimantes 3D etc. – et garantissant une innovation contributive via le recours à l’open source. (Les FabLab doivent en théorie respecter une charte proposée à l’origine par le MIT)

 

JPEG - 242.5 ko
Tiers Lieux à Limoux : SAPIE coop

 

MédiaLab
Le principe est identique au FabLab, mais pour fabriquer du contenu exclusivement numérique et multimédia.

LivingLab
Le LivingLab ou « laboratoire vivant » permet de tester des produits, des prototypes.

Makerspace
« Espace de fabrication » plus informel et autonome que la plupart des Fablabs, mais qui procède d’une même logique d’atelier de conception et de fabrication collaborative.

Hackerspace
Plus informels également, dédié à l’univers informatique, dans une approche de détournement (hacking = piratage), de création et de modification permanente de logiciels.

Repair Café
Lieu convivial dédié à la réparation de divers objets, qui valorise l’entraide et la solidarité. Animé par des experts du bricolage.

Télécentre
Espaces destinés à fournir à leurs utilisateurs des outils de travail à distance, hors de leur domicile.

Centre d’affaires
Espaces et services à vocation professionnelle, mis à la location des entreprises

Source : Portail de la médiation numérique

En savoir plus : Les espaces de coworking : des outils au service de la mobilité durable ? - CEREMA - Octobre 2019

 

Le développement des tiers-lieux et des espaces de coworking s’inscrit dans les politiques actuelles qui visent à revitaliser des territoires urbains, périurbains et ruraux tout en réduisant les déplacements dus aux activités professionnelles.

Les tiers lieux et espaces de coworking répondent ainsi à différents enjeux :
enjeu économique : relocaliser ces espaces d’échanges et de travail, participe à la dynamique et à l’attractivité du territoire
enjeu d’aménagement et de dynamique territoriale, en accueillant de nouveaux services économiques, associatifs et / ou culturels sur le territoire
enjeu de préservation du patrimoine

La Région Occitanie propose depuis 2018, un appel à projets pour soutenir et encourager le développement de tiers-lieux sur le territoire régional. Un label « Tiers Lieux d’Occitanie » a également été créé pour accompagner la structuration d’un réseau entre ces espaces de coworking. D’autres démarches ont également vu le jour, à l’instar du réseau de tiers-lieux Relais d’Entreprises. Le Pôle d’Equilibre Territorial Pays Sud Toulousain est également à l’initiative d’un appel à projet pour le développement de tiers lieux sur son territoire, à l’issue d’une étude territoriale sur les opportunités et faisabilités d’espaces de tiers lieux.

Le maillage de territoires par des espaces de coworking est perçu comme une solution pour raccourcir les temps de trajets quotidiens vers l’emploi, notamment lorsque le lieu d’activité professionnelle est éloigné du lieu de résidence. En mettant ces espaces de coworking à disposition, la collectivité cherche à proposer un gain de temps de transport pour l’usager. Ces initiatives génèrent des impacts positifs sur le trafic routier, notamment pour les secteurs urbains qui rencontrent des épisodes importants de congestion. Les effets environnementaux sont également positifs, la réduction des déplacements réduisant les pollutions atmosphériques associées.

 

Quels impacts des tiers lieux sur les besoins en mobilité ?

Le télétravail s’effectuait dans seulement 7% des cas au sein d’espaces de coworking en France, en 2017 selon une étude initiée en 2019 par le Ministère du Travail. Une étude complémentaire des impacts générés par l’intensification du télétravail, accéléré dans le contexte du COVID 19, permet d’identifier la contribution réelle du travail à distance dans la réduction des déplacements à l’échelle des territoires.
La localisation des espaces de coworking est une autre variable à prendre en compte pour anticiper les gains en termes de mobilité. Selon leurs territoires d’implantation, le développement de tiers lieux peut encourager un report modal vers des modes de déplacements plus vertueux ou, dans d’autres cas, des réductions des distances de déplacements.
L’enjeu pour les collectivités est d’initier des diagnostics précis des besoins de mobilités des usagers de leurs territoires, afin de proposer des aménagements et services adaptés sur leurs territoires. Le diagnostic mobilité initié par le PETR Pays Midi Quercy a par exemple permis à l’EPCI de développer un système de conciergerie rurale. Celle-ci vise à promouvoir les services de mobilité déjà existants, afin de réduire les besoins de déplacement sur le territoire. voir la fiche retour d’expérience de la conciergerie de mobilité rurale Midi-Quercy sur ce site. La Communauté de communes Grand Sud Tarn et Garonne a également mené une étude de développement des tiers-lieux avec une analyse des besoins en mobilité en amont.

 

La contribution des tiers lieux pour limiter les déplacements non contraints en Occitanie.

Certaines collectivités se sont saisies de ces tiers-lieux qui offrent une alternative aux déplacements longs en milieu rural. L’implantation d’espaces de co-working permet de proposer des services économiques, culturels voire administratifs jusqu’alors peu ou pas disponibles sur certains territoires. Le réseau de Tiers-Lieux labellisés, animé par l’agence Add’Occ en Occitanie, propose une cartographie pour géolocaliser ces espaces

JPEG - 238 ko
carte des tiers lieux en région Occitanie
Région Occitanie